La fascination pour le pire

Comme beau­coup de desi­gners dont le travail est de créer de bonnes inter­faces, je suis fasciné par l’extrême inverse : des inter­faces mons­trueu­se­ment mauvaises.

Il y a les inter­faces fron­ta­le­ment horribles, comme cet outil de main­te­nance pour un distri­bu­teur de billet.

Il y a les inter­faces qu’il faut avoir utilisé pour comprendre. Prenez Lotus Notes : des analyses et des sites entiers sont dédiés à sa nullité. On parle d’une appli­ca­tion qui ne suit pas des raccourcis univer­sels et basiques (par exemple CTRL+A pour tout sélec­tionner). On parle d’une appli­ca­tion fournie avec un utili­taire pour la forcer à quitter quand les choses tournent mal. Une appli­ca­tion suici­daire.

Mais pour aller au fond de la nullité et creuser encore, il faut la créer soi-même.

Il y a ce défi collectif sur Reddit pour créer le pire sélec­teur de numéro de télé­phone.

Des gens sur Reddit ont remis ça, autour d’un varia­teur de volume. Magnifique et tota­le­ment pata­phy­sique.

Il y aussi une expé­ri­men­ta­tion autour du choix des cookies.

Et enfin, le petit dernier : un formu­laire abso­lu­ment atroce. Ce n’est plus un dark pattern, c’est un trou noir.

Les points communs entre tout ça ? Le meilleur des worst prac­tices, une connais­sance fine des habi­tudes des inter­nautes pour s’en écarter le plus, des inter­faces possé­dées, ayant leur vie propre ou luttant acti­ve­ment contre l’uti­li­sa­teur, un succès toujours tech­ni­que­ment possible mais avec des proba­bi­lités infimes, un humour noir auto-référencé… J’en passe.

Pourquoi cette fasci­na­tion pour le pire ? Déjà, elle n’est pas limitée aux inter­faces. Il y a bien des gens se consa­crant à trouver l’al­go­rithme le plus inef­fi­cace possible et des commu­nautés de fans de nanar.

Cependant, voici quelques hypo­thèses sommaires :

  • Catharsis : on se purge de tous les travaux peu glorieux dont on est respon­sable.
  • Expertise : inves­ti­guer le pire permet par contraste de mieux comprendre le meilleur et de prendre consciene des méca­niques cogni­tives à l’oeuvre chez l’uti­li­sa­teur.
  • Pédagogie : ce peut être une bonne tech­nique d’ani­ma­tion, comme le suggèrent Jared Spool ou Akiani.
  • Prise de recul : après tout, qu’est-ce qu’une bonne inter­face ? Quelle est la limite entre le défi ludique et la corvée ?

Articles liés

Attention, commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.