« Cette voiture a été conçue pour quelqu’un avec trois bras et une jambe »

Dans sa thèse magis­trale sur l’his­toire des IHM, Benjamin Thierry relate l’in­fluence immé­diate qu’a eue la sortie du Macintosh sur l’in­dus­trie : en 1984, de nombreux vendeurs commencent à proposer des souris et des inter­faces graphiques. L’industrie adopte rapi­de­ment autour des même conven­tions.

Et pour les voitures ? Un modèle précis est-il à l’origine de l’agencement moderne des commandes ?

On pour­rait penser à la Ford T, puis­qu’elle a révo­lu­tionné la produc­tion et le marché des auto­mo­biles. Mais elle était compli­quée à opérer et n’a pas eu de grande influence à ce niveau là. L’accélérateur était sous le volant à droite et trois pédales servaient respec­ti­ve­ment à l’embrayage, à la marche arrière et au frein. Le levier à gauche servait à basculer entre les modes haute vitesse, neutre et frein d’ur­gence, en combi­naison avec l’embrayge. Cette page vous donnera une idée plus juste de la complexité du bousin.

Extrait du manuel officiel de 1911 de la Ford T
Extrait du manuel offi­ciel de 1911 de la Ford T

La plupart des Ford T avaient aussi une manette à gauche du volant pour ajuster le timing de la combus­tion. Plus on remonte dans le temps, plus on découvre ce genre de concept étrange, ayant disparu ou été auto­ma­tisé. Par exemple, la De Dion-Bouton de 1902 avait un décé­lé­ra­teur plutôt qu’un accé­lé­ra­teur et celle de 1904 un frein qui agis­sait sur la trans­mis­sion et un autre direc­te­ment sur le moteur (sur le même prin­cipe que la manette de la Ford évoquée plus haut, si je comprend bien).

Bref, les commandes étaient posi­tion­nées diffé­rem­ment selon les modèles et n’avaient pas forcé­ment d’équi­valent contem­po­rain direct. Il faut attendre la sortie de la Cadillac T53 en 1916 pour faire un grand saut en avant et trouver un agen­ce­ment fami­lier avec le contact sous le volant, trois pédales dans l’ordre actuel et le frein à main à droite. Cette voiture n’a pas eu un gros succès commer­cial mais a été imitée par l’Austin 7, qui elle fut très popu­laire et large­ment copiée. Il y a surement une leçon d’his­toire des tech­niques à en tirer.

Les présen­ta­teurs de Top Gear (S10E08) se sont essayé à démarrer et piloter ces voitures et c’est plutôt fendard. Le titre et une bonne partie des réfé­rences de ce texte viennent de là.

Cadillac T53 (oui on voit pas grand chose)
Cadillac T53 (oui on voit pas grand chose)

Articles liés

Attention, commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.