Mon blog : rétrospective critique d’un parcours banal

Je suis tombé sur de vieilles captures d’écran du blog et c’est assez drôle. Il a en effet connu des évolu­tions formelles assez dras­tiques, ce qui est un euphé­misme pour dire qu’il a été bien moche. J’y vois un parcours assez typique de beau­coup d’ap­prentis desi­gners, avec l’échelle de progres­sion suivante.

Niveau 1 : pas de design. Je voulais surtout ouvrir un blog donc j’ai rapi­de­ment trouvé un thème tout fait. Bien sûr, choisir un thème est déjà une déci­sion esthé­tique, mais je n’ai pas mis les mains dans le cambouis ni rien créé à propre­ment parler.

Circa 2012
Niveau 1, circa 2012

Niveau 2 : Design déco­ratif. Je décou­vrais le poten­tiel du CSS, ne voulais pas avoir un blog-de-designer tout blanc et me fichais de supporter de vieux navi­ga­teurs, donc j’ai eu la main lourde sur les effets. Ombres, gradients et textures à tous les étages.

Niveau 2, circa 2013
Niveau 2, circa 2013

Niveau 2.1 :

Circa 2013
Niveau 2.1, circa 2013

Niveau 3 : Design hiéra­tique. Une approche mini­ma­liste, fondée sur le contenu, avec du texte fort et souvent centré. Le résultat est impo­sant, manque de souplesse et fina­le­ment n’est guère plus subtil que le niveau précé­dent. C’est simple­ment une autre esthé­tique et une palette d’ef­fets diffé­rents. Sans compter qu’on tombe dans le blog à l’élé­gance géné­rique que je voulais éviter.

Niveau 3, printemps 2013
Niveau 3, prin­temps 2014

Pour un arché­type du design hiéra­tique, allez voir le blog de Information Architects. Y a pas photo, c’est moins tris­toune et beau­coup plus réussi que le mien, mais il y a un coté « Déclaration des droits de l’homme dans ta face » un peu étouf­fant.

Niveau 3.1 :

Aout 2014
Niveau 3.1, aout 2014

Deux réflexions en guise de conclu­sion : cette échelle impro­visée ne s’arrête évidem­ment pas là. Le mini­ma­lisme est salu­taire pour faire quelque chose de correct sans trop d’efforts ni de risques d’erreur, mais c’est aussi un style diffi­cile à perfec­tionner, avec une grande marge de progres­sion. Par ailleurs, tout le monde ne se recon­naitra pas dans cette échelle. Bravo à ceux qui ont eu un goût sûr plus tôt que moi. Un autre parcours courant pour­rait être orienté sur l’ar­chi­tec­ture de l’in­for­ma­tion et autour de la maitrise de la proli­fé­ra­tion du contenu (chose que je commence seule­ment à décou­vrir). Bref, y a encore du boulot.

Articles liés

Attention, commentaires

  1. Sophie

    Bonsoir, l’illus­tra­tion « Niveau 3, prin­temps 2013 », est juste une illus­tra­tion, pour faire joli, pour l’exemple ? Je me suis inté­ressée soudain à son contenu et ne l’ai trouvé nulle part, c’est donc un texte fantôme… ? Merci et bonsoir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.