Difficultés de navigation entre sites web et applications mobiles

Dans un article récent, John Gruber nous invite à aller au-delà de la dicho­tomie entre app native et web app et à repenser ce que nous enten­dons par « web mobile » :

Lancer Tweetbot sur mon iPhone, appuyer sur un lien qui ouvre une page web en restant dans l’app et, depuis cette page, ouvrir une vidéo dans l’ap­pli­ca­tion Youtube – tout ceci fait très « web » pour moi.

Ce qui m’in­té­resse ici, ce sont les problèmes de navi­ga­tion que cela pose. Sur un télé­phone Android stan­dard et sans surcouche, supposez que je fais une recherche sur Internet à propos d’un article que j’ai lu, que j’ouvre un lien vers Wikipedia, puis une image. Un parcours tout à fait banal, à ceci près que la recherche s’est faite dans l’ap­pli­ca­tion Google Search, que les liens Wikipedia envoient auto­ma­ti­que­ment vers l’ap­pli­ca­tion dédiée et que l’ar­ticle était ouvert depuis un lecteur de RSS. Tout ceci est du contenu web mais se retrouve éclaté entre de nombreuses appli­ca­tions. Parmi tous ces rôles tradi­tion­nel­le­ment assumés par le navi­ga­teur, il s’est seule­ment chargé d’ou­vrir l’image. Ergonomiquement, le résultat est assez fâcheux.

  • Quand je veux revenir en arrière, il faut que je me souvienne où est l’ar­ticle : l’avais-je ouvert depuis un site web ou depuis une de ces nombreuses appli­ca­tions ouvrant le contenu d’un lien dans une webview ?
  • Il faudrait évoquer égale­ment la ques­tion du passage d’une appli­ca­tion à une autre. Par exemple une app peut ouvrir une carte d’elle-même ou renvoyer vers Google Maps. Facebook a d’ailleurs récem­ment proposé un proto­cole les renvois entre appli­ca­tions.
  • La plupart des appli­ca­tions ne sont pas des clones du site mobile équi­valent, ce qui perturbe les attentes de l’uti­li­sa­teur. Par exemple Google Search ne permet pas d’uti­liser le mode de shop­ping ou de partage une recherche.

Comparez ça à la simpli­cité de certaines cartes mentales suggé­rées à l’utilisateur : « tout est dans le navi­ga­teur », « tout est sur le bureau », « toutes vos photos seront auto­ma­ti­que­ment synchro­nisés au même endroit », etc. Tant qu’elles ne s’écartent pas trop de la réalité, ces sugges­tion repré­sentent un guide puis­sant.

Articles liés

Attention, commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.