Une petite critique d’iTunes 11

Je prends habi­tuel­le­ment soin de rester à l’écart des discus­sions sur la conver­gence entre iOS et Mac OS et sur la mauvaise influence que le premier aurait sur le second. Pourtant, avec la sortie d’iTunes 11, j’ai un exemple parfait de modèle d’interaction inspiré par iOS et qui m’a beau­coup dérouté.

J’ai voulu essayer le menu en « popover » qui appa­rait au survol près d’une chanson, d’un album ou d’un artiste. Je voulais mettre une chanson dans une play­list, donc j’ai passé le curseur sur « ajouter à ». Là, rien ne s’est passé. J’ai commencé à imaginer des trucs, par exemple qu’iTunes avait perdu mes play­lists, d’ailleurs la flèche a l’air grisé, d’ailleurs au démar­rage un message m’avait dit que ma biblio­thèque devait être convertie. La solu­tion est la plus bête qui soit : il faut cliquer pour accéder au sous-menu.

itunes

C’est un cas d’école de ce qu’il ne faut pas faire : tromper les attentes de l’utilisateur. Ce menu a la même fonc­tion qu’un menu contex­tuel et y ressemble au premier abord, mais en fait non : le sous-menu appa­rait dans la même fenêtre au lieu de surgir à droite. Cela évite le problème clas­sique des menus et de la trajec­toire subtile qu’il demandent, mais on perd à tous les autres niveaux :

  • Le menu contex­tuel clas­sique est acces­sible en cliquant-droit n’importe où sur la ligne de la piste concernée. A contrario, imaginez le trajet qu’il faut faire sur un iMac 27” pour accéder au bouton du nouveau menu popover.
  • Il faut un clic en plus à chaque fois.
  • Comme je l’ai dit, on trompe les habi­tudes de l’utilisateur, tout en conser­vant le menu clas­sique. L’idée est sans doute d’avoir un menu plus acces­sible et moins chargé, mais du coup on se retrouve avec un système bâtard, où le menu clas­sique est rempli d’options rare­ment utili­sées (« créer une version AAC », « convertir les balises ID3 ») ou qui ne sont que des vestiges des version précé­dentes. Notamment, il me semble que « déco­cher la sélec­tion » n’a plus aucun effet (normal : les check­boxes pour chaque piste ont disparu).

Je ne dis pas que ce système très marqué par iOS est, dans l’absolu, mauvais sur Mac OS, mais en l’état, c’est un ilot de logique tactile au milieu du reste et c’est d’une utili­sa­bi­lité contes­table.

Articles liés

Attention, commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.