Le futur sera trivial

J’aime beaucoup le concept de futur trivial (« future mundane ») de Nick Foster, qu’il a présenté dans un article et lors d’une conférence. Qu’est-ce à dire ?

Millenium Falcon

Thèse 1 : « dans le futur, les tables resteront branlantes » (source de la formule)

Comprendre : la technologie restera imparfaite, soumise à l’usure, pleine d’imprévus, et vecteur de désagréments, petits ou gros.

Thèse 2 : une société humaine change par accrétion.

  • Elle évolue selon des rythmes différenciés. Comme le suggère le schéma ci-après, la mode change plus vite que les infrastructures.
  • Elle évolue de manière non séquentielle : une technologie n’est pas adoptée instantanément et universellement, et des technologies de génération différente peuvent cohabiter et se mélanger. Pour reprendre l’exemple favori de David Edgerton, on n’a jamais autant utilisé de chevaux que pendant les deux guerres mondiales. Je recommande d’ailleurs vivement les articles et livres de cet historien des sciences.

2016-09-29_23h49_56

On peut interpréter ce concept de plusieurs manières :

  • Pessimisme (90% des choses sont nulles et le resteront).
  • Difficulté à concevoir un système complexe en anticipant tous ses aspects. Comme le dit Frederik Pohl : « une bonne histoire de science-fiction doit pouvoir prédire l’embouteillage et non l’automobile ».
  • L’idée que certains micro-phénomènes sont plus révélateurs de changement que les jetpacks et autres voitures volantes.

A ce sujet, on pourra aussi lire le chapitre « Futurs au quotidien » de ce livre par Nicolas Nova – d’ailleurs un collègue de Foster.