Monthly Archives: mars 2013

Nouvelle interface de Firefox : premières impressions

Mozilla a livré la première version utili­sable de la nouvelle inter­face pour Firefox, baptisée Australis. On peut l’essayer ici. Mes premières impres­sions sont miti­gées.

Comparaison entre Chrome et Firefox (nouvelle version)
  • Firefox est en bas. Des onglets incurvés et pas obliques et quelques diffé­rences au niveau des boutons de navi­ga­tion, c’est à peu près la seule diffé­rence avec Google Chrome. La marge de manœuvre pour innover graphi­que­ment est certes assez étroite, puisque les inter­faces des navi­ga­teurs sont de plus en plus mini­ma­listes et que l’icône de droite devient presque une norme. Tout de même, un peu d’originalité n’aurait pas fait de mal, ne serait-ce qu’en termes d’image. J’aimais bien la sépa­ra­tion avec les boutons de fenêtre dans ce proto­type, mais ça n’a pas l’air d’avoir été retenu.
  • Vouloir alléger l’interface et rendre plus discrets les onglets non-sélectionnés était louable, mais cela crée deux problèmes. D’abord, on se retrouve avec deux thèmes d’onglets diffé­rents au lieu d’une varia­tion sur le même thème. Alors qu’auparavant l’onglet non-sélectionné était simple­ment grisé, il change main­te­nant tota­le­ment d’apparence. Par soucis de cohé­rence, il aurait fallu aller jusqu’au bout de l’idée et mettre des onglets incurvés partout. Ensuite, il y a telle­ment peu de chrome qu’on perd en struc­ture. Sur la capture d’écran, le favicon à gauche se balade sans qu’on puisse le ratta­cher visuel­le­ment à quelque chose. Si on a de nombreux onglets d’ouverts, la ligne de sépa­ra­tion est telle­ment légère qu’il est plus diffi­cile de les distin­guer entre eux. Firefox n’est pas le seul à souf­frir de cette tendance au dépouille­ment, voyez par exemple cette impres­sion désor­donnée que donne Reeder :

  • Le menu de droite en popover est encore en travaux dont je réserve mon avis défi­nitif mais, à mon humble avis, il y a un gros travail à faire au niveau de l’architecture de l’information et de la prio­ri­sa­tion des tâches. Oui, la barre de menus de Mac OS a trente ans et elle embête tout le monde, mais elle est inamo­vible et il faut faire avec (contrai­re­ment à Windows qui s’en passe de plus en plus). Le menu de droite est là pour contourner cette barre en offrant un « best-of » des actions les plus utili­sées, mais du coup c’est un méli-mélo sans grande cohé­rence : « imprimer » à coté de « histo­rique », il y a l’historique mais pas les marque-pages, etc.

  • Un an et demi après la sortie de Mac OS Lion, les barres d’ascenseur ne sont toujours pas conformes : elles ne dispa­raissent pas quand on ne scrolle pas et ont toujours une zone réservée. Si j’en crois leur bug tracker, ça devrait finir par arriver, mais saper­li­po­pette quoi.