Au doigt de pied et à l’œil : contrôler un ordinateur avec les pieds

Lors de deux moments importants pour l’histoire de l’informatique, on trouve une personne assise à une machine et utilisant autant ses pieds que ses mains.

D’abord, le métier Jacquard nécessitait l’emploi d’une pédale, comme d’autres métiers à tisser avant lui. Cette invention inspirera le proto-ordinateur de Babbage et Lovelace. Ensuite, Engelbart est connu pour être le premier, dès 1968, à proposer un système cohérent comprenant interface graphique, souris et collaboration à distance. Ce qui est moins connu, c’est que pour lui le succès de la souris fut presque accidentel. Lui croyait plus dans le potentiel du clavier à accords et avant ça avait expérimenté avec des dispositifs où la position du pointeur était transmise par un casque, ou encore par la position… du pied et du genou !

Ensuite, le pied se retrouve un peu partout. Si vous ne me croyez pas, je vous conseille la lecture de cette somme sur le sujet (trente pages, une véritable somme podologique !). Il identifie notamment une gamme de gestes, utilisés principalement dans des expériences artistiques ou académiques. De manière plus populaire, on retrouve les tapis des jeux de danse, les pédaliers des jeux de course, mais aussi différents plateaux d’équilibre, initiés dès 1982 par le Joyboard d’Amiga (en photo plus haut).

Quoi d’autre ? On peut parler de l’industrie, où les risques d’activation intempestive (analysés ici) exigent des pédales avec des clapets et autres garde-fous.

Pédale industrielle

Les utilisateurs avec des problèmes de posture ou de motricité peuvent utiliser toute sorte de « souris à pied », comme cette fascinante Souris-Sandale.

Souris-sandale ou toe-mouse

La première machine à écrire à être largement utilisée comprenait une pédale pour la touche Entrée. Toujours dans l’édition de texte, la VIM Clutch constitue un exemple intéressant de convergence entre matériel et logiciel. L’éditeur de texte VIM fonctionne par modes : un mode normal, un pour l’insertion, un pour la sélection de texte, etc. Ça parait bizarre mais c’est beaucoup plus sensé que ça n’en a l’air. Un maitre-nerd a donc bricolé une pédale qui permet, tant qu’on la maintient, de rester dans le mode le plus courant. Ça rappelle un peu les pédaliers de piano et c’est assez logique d’avoir une touche dédiée et accessible à part pour une action aussi fondamentale.

Sholes and Glidden typewriter

Citons aussi les chaussures intelligentes, avec uniquement des senseurs, ou carrément avec des actuateurs modifiant le niveau d’amorti.

Le meilleur pour la fin : par deux fois, des petits malins ont essayé de tricher au casino en portant un ordinateur qui communiquait des informations à un complice (source 1, source 2). Comment le tricheur faisait-il pour saisir ces informations ? En tapant du pied. Un bel exemple d’habitronique, dès 1960 et à nos pieds.

« Habitronique », parfaitement. Je vous laisse sur l’ouverture de Footloose.