L’utilisateur a toujours raison – ou pas

On voit de temps en temps des gens se plaindre de l’utilisabilité ou des per­for­mances d’un navi­ga­teur lors d’une uti­li­sa­tion très lourde. Je pense à des décla­ra­tions du genre : “je suis un power user, j’ai qua­si­ment tou­jours plus de cin­quante onglets ouverts et mon navi­ga­teur ne fait rien pour me faci­li­ter la vie”. Les navi­ga­teurs doivent-ils prendre en compte des cas d’utilisation comme celui-ci, que l’on peut qua­li­fier d’extrêmes, et faire des efforts pour amé­lio­rer l’expérience de ces uti­li­sa­teurs ?

Si vous avez cin­quante onglets ouverts dans la même fenêtre et que vous n’avez pas tou­ché à cer­tains d’entre eux depuis plu­sieurs jours, on peut arguer que vous n’êtes pas un uti­li­sa­teur avan­cé mais une per­sonne bor­dé­lique et que c’est à vous de chan­ger votre work­flow, pas au logi­ciel de s’adapter. Peut-être. Je me pose la ques­tion.